Fri 23rd of Jun, 2017
heure de connex° :
2 H 02 pm
dernière m-à-j :
mardi 17 janvier 2017


 

*¤~ Accueil ~¤*

Clara's Spot

Tatu News

Les Champi-pis

Le Brochet

Le Sandre

La Carpe

Pêches Diverses

Ma vie des Comics

Hommages

Felletin

News (archives)

Screen-Shots

Liens

delaplace.aymeric c/o neuf.fr
( remplacer le "c/o" par @ )

 

 

.: Pourquoi les "Nuits Debout" ?

Le sujet de l'eau...

 

À Felletin, depuis le mardi 3 mai, on se réunit sur la grand place et on appelle ça les "Nuits Debout". C'est un rassemblement que l'on espère populaire, et qui essaye d'attirer l'attention des Felletinois. On s'organise petit à petit et les moyens sont ceux que chacun peut apporter. Certains prévoient de quoi s'abriter en cas d'ondées et d'autres des tables et des chaises pour voir dernièrement arriver une "brouette-barbecue" avec son lot de saucisses, ainsi que d'autres moyens de rendre l'activité conviviale comme un petit-buffet-apéro, etc. On n'encourage personne à se saouler ni à brailler malgré certains personnages que le groupe arrive néanmoins à tolérer même s'ils ont souvent le couperet lourd lorsqu'il s'agit d'écourter les temps de parole pour la prendre avant leur tour !...

Mais à quoi sert ce rassemblement ?

Nous avons décidé, à l'instar de nombreuses communes en France, de nous joindre à la discussion démarrée place de la République à Paris, et nous essayons de voir à quel point les luttes peuvent converger.
Dans un premier temps nous avons exprimées nos revendications qui étaient propres à nos quotidiens, puis nous avons pu constater que nos vies ont de larges points communs ; la pyramide des besoins de Maslow résume bien nos questionnements et attentes, parfois abouties pour certains, parfois très primaires pour d'autres. Il est citoyen de tenir compte de chacun, et chacun peut trouver une écoute attentive et une compréhension du fait qu'il est immédiatement respecté.
Dans un second temps nous avons formés des petits groupes de réflexion, afin de pouvoir augmenter la participation comme d'être plus précis sur certains sujets. Il est très intéressant de participer à un "atelier" selon son envie personnelle et personne n'est obligé d'être efficace ; on peut juste écouter, librement.

Chaque vendredi, les premiers arrivent vers 18h-18h30 et viennent souvent de communes autres que Felletin : Gentioux, Faux-La-Montagne, Saint-Sulpice-Les-Champs, La-Villedieu... Ce qui rend les échanges très intéressants puisque nous découvrons que certains groupes d'amis ont déjà entamé des actions, ou qu'il existe déjà des rassemblements citoyens qui travaillent eux aussi sous cette forme qu'ont inaugurées les "Nuits Debout".

Pourquoi est-ce important pour nous ?

Au regard des nombreuses revendications et luttes que la France connaît, l'aspect dominant qui en ressort reste la division. D'aucun reprennent parfois la fameuse phrase "diviser pour mieux régner" ; nous cherchons à nous retrouver, entre démocrates, de façon laïque, sans limite à la liberté d'expression, tout en n'ayant pas forcément l'impression d'envoyer sa petite bouteille à la mer. Et l'on se rend compte progressivement que nos luttes convergent, que nos prises de conscience sont collectives, que tout est très évident pour tous. Nous imaginons que c'est le reflet de nos communes, de nos com_com, de nos départements etc. Et c'est à partir de ce constat que nous créons les groupes de travail. Pour l'instant nous n'avons que quelques idées qui sont jetées parfois tel un brainstorming mais plus on avance, plus on laisse entrer la réflexion dans ces sujets et la question du sens et des objectifs poursuivis apparaissent. C'est là que le rassemblement prend tout son sens. Certains ont fait, font ou comptent faire l'expérience d'un autre choix de vie, d'une approche renouvelée de la politique. Alors que d'autres ne cherchent qu'à améliorer un quotidien, que ce soit localement, nationalement ou internationalement.

Il nous semble évident qu'une lutte locale peut déboucher sur le plan national, parfois via le réseau des "Nuits Debout", parfois par d'autres relais qu'ils soient politiques ou plus généralement sociaux.

Nous n'en sommes qu'à la génèse, il nous reste beaucoup de chemin à parcourir mais les exemples de "réussite" existent. La voie des "émissaires" créé le lien entre les rassemblements citoyens alentours alors que la façon s'étend et sème dans toutes les directions...

Le sujet de l'eau...

Un des sujets qui nous touche tous, habitants de Felletin, en dehors de ceux du logement et des moyens de chauffe, est celui de l'eau.

Nous avons tous pu constater une augmentation significative du montant de nos factures depuis de nombreuses années ainsi que des parts fixes pour l'eau et l'assainissement. Nous avons de la même façon pu noter des tarifs dégressifs en fonction de la consommation ainsi que le renouvellement de certaines canalisations et compteurs ci et là, selon les travaux sur la voirie.On a tous aussi reçu un document synthétisant le rapport d'un audit sur le syndicat qui gère l'eau (SIAEP) ou régie communale, en 2014. Mais qu'est-ce qui explique ces augmentations ? Nous avons décidé de rencontrer quelqu'un à la Mairie afin d'en discuter. Mercredi 13 juillet, 10h30, nous avons eu un rendez-vous avec Mme Magali Villemot, qui est la Directrice des services municipaux depuis fin 2012.

Mme Villemot nous a appris que le syndicat (SIAEP) avait été créé dans les années 70 et financé par différentes communes dont Felletin et ses proches voisins. Ce afin de mieux gérer les coûts liés aux structures créées et leur entretien en les mutualisant ; on mesure les "pertes" pour déduire des fuites, on réfléchit sur les tarifs, on met au point des cahiers des charges pour les annonces de marchés publics. Des "autorités de tutelle" assistent le syndicat dans ces questions comme dans la gestion des normes et fait des recommandations utiles auxquelles le syndicat peut agréer ou non (pH de l'eau, ajout chloré ; questions techniques et assainissement). Des bureaux d'études (VRDO à Guéret par exemple) complètent les compétences du syndicat lorsqu'il s'agit de préparer des travaux et d'en effectuer des projections sur les prix à pratiquer pour les financer. L'Agence de l'eau subventionne ces études utiles à la gestion de l'eau par régie communale. Le syndicat de la Rozeille travaille aves le SIAEP et des accords sont pris lorsque le réseau Felletinois bascule sur celui de la Rozeille (très rare). Le Centre Communal d'Action Sociale (CCAS, composé d'un Président -souvent le maire, d'élus par le conseil municipal et de nommés par le maire pour ce qui est des intervenants sur le réseau socio-communal) apporte ses reflexions et propose des actions avec le SIAEP souvent par rapport aux consommations et tarifs. Enfin, une Commission d'environnement, de développement durable, d'urbanisation, de fleurissement... et tout ce qui s'en approche (!) sera constituée afin de permettre aux habitants d'exprimer leurs points de vue et attentes. On l'espère réunie avant un vote plutôt qu'informelle après...

Pourquoi une part fixe ?

Il s'est avéré que la population Felletinoise se composait de plus en plus de résidences secondaires et ces utilisateurs du réseau et désireux d'une qualité identique à celle de notre quotidien, ne payaient qu'une part variable assez faible pour leur logement ocuppé à raison de deux-trois mois par an. Du coup, créer une part fixe les a fait participer de façon plus importante et mieux équilibrée à l'effort financier que nous faisons toute l'année. Entre 2014 et 2016, cette part fixe a évolué de presque 25% alors que les tarifs sont restés dégressifs. Si un tarif est dégressif, un gros consommateur qui prélève beaucoup d'eau paye moins cher que la plupart des consommateurs : les ménages qui sont dans la tranche la plus chère. Est-ce que cette politique "commerciale" peut être aujourd'hui encore pratiquée alors que l'eau (potable) devient une denrée dite "rare" sur notre Terre et que l'axe gouvernemental est à l'écolo-économie ?

Ces gros consommateurs sont en fait des particuliers avec piscine (de plus en plus nombreux), des brasseries, des commerces et des éleveurs, dont l'eau est un des postes les plus importants dans leur gestion quotidienne. Mais est-ce vraiment juste de leur faire croire que leur consommation est "normale" ? Nous avons tenu à exprimer à Mme Villemot que nous contestons cette logique et qu'il serait plus juste (de nos jours de surcroît) qu'a contrario le tarif soit progressif même si par ailleurs, ces même entreprises (au regard de leur création d'emplois au niveau local) pouvaient toucher une aide supplémentaire via d'autres moyens que nos factures d'eau, puisque nous payons tous leur sur-consommation !!

Mais qu'en est-il des établissements publics et communaux ? A Felletin, nous avons le stade avec les vestiaires du gymnase, du foot et du tennis. Nous avons des toilettes publiques, des fontaines, y compris celles du parking 100 places où les camping-cars font la vidange et le plein gratuitement. Les écoles, le collège, le Lycée (LMB), la cantine, la salle polyvalente ainsi que la médiathèque et les locaux destinés aux associations, aux services publics et aux organismes sociaux. Tout ce monde là a un compteur mais n'a pas forcément conscience du prix que coûte réellement cette eau dite "gratuite". Pour finir par les logements "communaux" (puisqu'il n'y a plus de logements de fonction et j'ai oublié d'en demander le nombre !) qui sont censés tous comporter un compteur d'eau entre autres et eux de recevoir la même facture (ce qui m'étonne étant donné le ouï-dire sur la jouissance d'une eau dite "gratuite" !).

A savoir que la base de tous les calculs se fait sur une consommation de 120 mètres cubes soit celle d'un ménage de 4 personnes dont 2 adultes.

L'assainissement :

La part fixe de l'assainissement se retrouve dans les charges fixes du complexe Felletinois. Y compris les réparations et les demandes d'équipement.

L'unité actuelle a été conçue afin de répondre à des industries utilisant de l'eau de façon beaucoup plus intensive qu'aujourd'hui. A l'époque, une boyauderie, ainsi qu'un abattoir rejetaient beaucoup plus dans le réseau d'assainissement que la quantité d'eau prélevée aujourd'hui par les Felletinois qui conditionnement ou épandent le plus souvent cette eau. Ceci explique la taille des cuves et processus et leur vetusté amène le SIAEP à se questionner sur la recherche de la meilleure solution quant à la mise en place d'une unité de traitement plus petite. Le bureau d'études VRDO à Guéret monte un cahier des charges sur le projet d'une unité adaptée plus moderne.

Nous avons suggéré à Mme Villemot, qui nous a fait comprendre que l'étude était déjà lancée auprès de VRDO, que des procédés bien plus écologiques et durables pouvaient être une solution étant donné la taille du projet. Nous espérons que tout vote sera précédé d'au moins une réunion de la Commission spécifique afin de pouvoir par exemple amener et défendre des idées ou porter un projet moins coûteux et plus durable à l'étude. De la même façon, nous avons soulevé le problème de l'eau potable utilisée dans les sanitaires alors que l'utilisation de toilettes sèches se modernise et conquiert de plus en plus d'entreprises, de ménages et de communes dans le monde, et surtout autour de nous, en Europe.

Nous espérons que cette entrevue aura été bien interprêtée et que nous sommes conscients que ce que font ces employés municipaux et ces élus, ils le font pour tous et que nous nous sentons concernés par ce qu'ils font...

A.D

 

:: haut de la fenêtre

°¤ ¤° °¤° °¤ ¤° °¤° °¤ ¤° °¤° °¤ - Vegas 23 - ¤° °¤° °¤ ¤° °¤° °¤ ¤° °¤° °¤ ¤°